Comment surmonter le deuil ?

La mort est inéluctable et malheureusement tôt ou tard, chacun est amené à croiser sa route. Et lorsqu’il s’agit d’un être cher, surmonter le deuil amorce une période difficile. En plus de cela, il faut s’occuper des formalités administratives et organiser les obsèques. Le deuil ne laisse aucune place au répit et dans ces moments-là, le temps semble soudainement s’être arrêté. Du latin dolus voulant dire « douleur » le deuil, une fois traversé, apporte paradoxalement une reconstruction qui demande plus ou moins de temps selon les profils et ne peut se faire que si la personne endeuillée est bien entourée et possède un certain équilibre personnel. À l’inverse, bien que naturel, surmonter le deuil peut-être réellement traumatisant lorsque le vide laisse place à une dépression altérant la perception du monde.

Les étapes du deuil

Élaboré par la psychologue suisse Élisabeth Kübler-Ross, le modèle de l’acceptation de la mort, bien qu’ayant son lot de détracteurs, jouit d’une certaine popularité. Il recense cinq étapes :

  • Le choc après l’annonce de la perte d’un être cher, qui s’accompagne bien souvent d’un déni. Un trop plein d’émotion vient court-circuiter la raison. Chez certains, l’annonce d’un décès peut s’accompagner d’un fou rire nerveux. Chacun réagit à sa manière, mais il est cependant important que la prise de conscience intervienne dans un délai raisonnable.
  • Après le choc, la colère. La colère est une réaction face à l’injustice que représente le décès d’un proche. Cette étape du deuil est particulièrement importante, car elle ancre encore plus la personne endeuillée dans le déni. La colère est un sentiment passionnel, une réaction de défense forte qui amorce la reconstruction à venir. Parfois, elle fait naître un sentiment de culpabilité envers soi-même ou un flot de questionnement souvent sans réponse.
  • Le marchandage est une étape difficile à passer pour surmonter son deuil, mais essentielle, car il s’agit d’un premier pas vers la clarté d’esprit. La personne endeuillée cherche un coupable, blâme un tel ou un tel et commence lentement à comprendre que la mort est un non-retour. La négociation est une bribe de colère qui tend à entretenir un faux espoir.
  • La dépression nécessite souvent un accompagnement psychologique. D’intensité variable, elle est la conséquence d’une prise de conscience réelle, psychique et physique, de la perte de l’être cher. S’il s’agit pour certains d’une régression, la dépression est justement indispensable pour surmonter son deuil. Elle représente le quatrième stade de l’acceptation de la mort et est nécessaire pour prétendre atteindre la dernière étape du deuil, mais elle ne doit pas s’éterniser.
  • Vient enfin l’acceptation, caractérisée par un sentiment de paix vis-à-vis du deuil. C’est le moment où l’on se reconstruit, où la vie continue. La perte de l’être cher est acceptée. Si la tristesse est encore omniprésente, la personne endeuillée prend de nouveaux repères et amorce un nouveau chapitre de son existence.

Les soutiens au deuil

Pour la personne endeuillée, surmonter son deuil demeure parfois impossible sans une aide extérieure. C’est d’autant plus fréquent lorsqu’il s’agit d’un individu isolé ou déjà fragilisé psychologiquement. En Suisse, il existe plusieurs associations de bénévoles, disponibles 24h/24 et 7j/7 à travers des lignes d’écoute gratuites et anonymes afin d’apporter « un peu d’aide à ceux qui en ont besoin ». On peut citer notamment l’Association vivre son deuil, qui depuis 1998 apporte du réconfort à ceux qui ont perdu un proche qu’il s’agisse d’un être humain ou d’un animal, As’trame qui propose des parcours de soutien aux adultes et aux enfants ainsi que des journées « Rencontre et Découverte » ou encore La Main Tendue, joignable depuis plus de 60 ans au numéro gravé dans tous les esprits : le 143. Il n’y a aucune honte à vouloir surmonter son deuil, aucune raison de rechigner à l’idée d’accepter de l’aide. Ressentir de la tristesse est une réaction tout à fait humaine, c’est même un signe de clarté d’esprit. Toutefois, si cette tristesse perdure et devient insurmontable, il est conseillé de consulter un spécialiste.

Pratiquer une activité créative

La perte d’un être cher creuse un vide qu’il faut essayer de combler. La solution miracle n’existe pas, mais un des premiers pas pour se reconstruire est de reprendre goût aux activités et aux relations humaines en laissant une place importante à la créativité. Il est possible de surmonter son deuil grâce à :

  • la pratique d’un art qui aide à lutter contre la dépression en palliant la sensation de futilité de la vie.
  • l’apprentissage d’un instrument de musique stimulant les sens et les émotions.
  • la pratique d’une activité physique pour calmer les nerfs et évacuer le stress.

Surmonter son deuil demande de la patience. Les premiers jours après les obsèques, le lieu de recueillement peut devenir un sanctuaire, un endroit duquel on ne peut se détacher, un lieu de fuite que l’on ne veut pas quitter pour ne pas avoir à affronter le monde extérieur. La mort est une épreuve, inutile d’essayer de prouver le contraire.

Publié le
8 septembre 2020
Obtenir des devis
Anticipez vos propres obsèques
Organisez les obsèques d'un proche
Une urgence en cas de décès ?
Contactez-nous, nous vous
aidons immédiatement !