Peut-on fabriquer un cercueil soi-même ?

Le cercueil est un élément central et indispensable lors de l’organisation d’obsèques. Cependant, non seulement le cercueil représente une dépense importante dans les funérailles – 1’000 CHF environ –, mais aussi, la plupart des modèles disponibles sur le marché peuvent être austères. De plus, avec un taux de crémation avoisinant les 90 % en Suisse, la plupart des cercueils sont voués à être réduits en cendres, il est donc légitime de se demander s’il est nécessaire de choisir un modèle avec les finitions les plus raffinées si finalement, son usage n’est que succinct. C’est d’ailleurs dans cette optique que des entreprises innovantes cherchent à fabriquer un cercueil dans de nouveaux matériaux, plus économiques, mais aussi respectueux de l’environnement : c’est le cas du carton. Si dans certains pays d’Europe, le cercueil en carton est déjà très répandu, son usage en Suisse reste assez faible, car il ne convient pas aux crématoriums existants.

Faire fabriquer un cercueil personnalisé

Depuis peu, face à la volonté de dédramatiser la mort tout en aidant les proches à faire le deuil plus sereinement, de nouveaux cercueils en bois originaux font leur apparition. On retrouve les modèles suivants :

  • le cercueil avec un décor de paysage : forêt, montagne, plage…
  • le cercueil avec un décor de loisirs : moto, sports, littérature, arts, musique,
  • le cercueil avec un décor d’animaux : chats, chiens, nature.
  • le cercueil pailleté ou avec une décoration florale…

Chaque jour, de nouveaux modèles fleurissent dans le catalogue des pompes funèbres pour répondre à la demande croissante. Pourtant, parfois cela ne suffit pas, et il arrive qu’une personne souhaite faire fabriquer un cercueil unique. L’absence de normes limitantes et le désir croissant d’organiser des obsèques personnalisées poussent les individus à rechercher des solutions pour profiter, même jusqu’à leurs funérailles, d’objets uniques et à leur image. Si en Suisse il est permis de créer soi-même une urne funéraire, il est aussi tout à fait possible de fabriquer son propre cercueil.

Construire un cercueil soi-même ?

Contrairement à la plupart des pays limitrophes, la Suisse n’impose aucune épaisseur minimale de cercueil. Toutefois, il faut qu’il soit assez solide pour transporter un corps sans risque de rupture. Aussi, avant de fabriquer un cercueil, il faut tenir compte des paramètres suivants :

  • Un cercueil ne peut contenir qu’un défunt, sauf cas particulier.
  • Ses dimensions maximales doivent être de 85 x 70 x 210 cm, pour un poids maximal de 50 kg.
  • Le défunt doit pouvoir y être placé confortablement.
  • Pour des raisons d’hygiène, le cercueil doit être étanche.
  • Le couvercle du cercueil doit pouvoir être vissé.
  • Fabriquer un cercueil nécessite d’utiliser des matériaux qui ne contiennent pas de substances nocives comme des colles, des liants ou des solvants.
  • Les éléments métalliques présents doivent pouvoir être retirés en vue de la crémation.

En tenant compte de ces normes édictées par les crématoriums romands, il est tout à fait possible de fabriquer un cercueil par ses propres moyens, ou en faisant appel à un menuisier. Les options de personnalisation sont alors presque illimitées, et bien évidemment le cercueil peut être peint, verni et décoré selon ses désirs en veillant toutefois à utiliser des composants non toxiques. Fabriquer un cercueil ne nuit pas, en principe, aux prestations des pompes funèbres, toutefois il faut savoir qu’elles peuvent refuser un mandat sans en motiver les raisons.

Le nec plus ultra du cercueil personnalisé : l’étagère-cercueil

Fabriquer un cercueil est loin d’être, en général, écologique. Les modèles en bois massif nécessitent d’abattre des forêts, d’utiliser une quantité non négligeable d’eau sans oublier le fioul. Face à cette problématique, un nouveau concept a vu le jour, afin de proposer à tout individu qui le souhaite, un cercueil personnalisable, durable et surtout avec une durée de vie plus longue que celle d’autres modèles. Il s’agit de l’étagère-cercueil. Si fabriquer un tel cercueil demande de répondre aux critères des crématoriums, il reste toutefois beaucoup plus accessible financièrement que la plupart des modèles du marché. Qui plus est, il s’inscrit dans une démarche altruiste.

Un individu, de son vivant, peut utiliser l’étagère-cercueil pour y entreposer des biens comme des livres, des objets personnels, des bibelots, des bouteilles de vin. Après le décès, les planches superflues sont retirées et le reste de l’étagère sert de cercueil. Plus qu’un concept original, c’est un moyen de fabriquer un cercueil à son image et d’en profiter de son vivant en le stockant à la maison. Opter pour une étagère-cercueil laisse l’embarras du choix quant aux finitions. L’étagère peut être peinte par la famille, décorée et accessoirisée, un moyen de dédramatiser la mort dans la limite de la décence. En Suisse, le concept est propulsé par My Last Home qui propose sur son site internet un lot de ressources pour fabriquer un tel cercueil. Il est possible d’y retrouver des gabarits, des modèles et des idées pour s’inspirer. La plateforme tient également un registre de menuisiers dont le modèle a été validé auprès de leur canton et qui donc peuvent fabriquer un cercueil de cet acabit.

Publié le
15 septembre 2020
Obtenir des devis
Anticipez vos propres obsèques
Organisez les obsèques d'un proche
Une urgence en cas de décès ?
Contactez-nous, nous vous
aidons immédiatement !