Qui s’occupe de la crémation ?

Aujourd’hui la crémation représente près de 90 % des funérailles en Suisse, une tendance palpable tous cantons confondus. Désormais, presque tous les cimetières disposent d’un columbarium et d’un jardin du souvenir pour le dépôt des cendres, poussant de plus en plus de personnes à choisir ce type de services auprès des pompes funèbres.

Qu’est-ce qu’une crémation ?

La crémation est un rite funéraire millénaire qui consiste à brûler le corps du défunt et le réduire en cendres. Très prisée durant l’Antiquité, elle a été interdite par l’Église catholique puis à nouveau autorisée à mesure de l’évolution des mœurs et de la législation funéraire. En Suisse, le premier crématorium a ouvert ses portes en 1910 à La-Chaux-de-Fonds. 

Quelle différence entre crémation et incinération ?

Lorsqu’il s’agit de parler d’obsèques, crémation et incinération sont des termes parfois utilisés comme synonymes. Pourtant, il existe une différence d’usage qu’il est important de connaître. Une crémation signifie brûler le corps d’un défunt. Ce rite funéraire est pratiqué dans les crématoriums. En revanche, une incinération consiste à détruire des objets par combustion dans un incinérateur. Les pompes funèbres, par respect pour le défunt, utilisent le terme « crémation ».

Et si on préfère l’incinération ?

Le choix du type de sépulture est une décision propre à chaque personne. Même si la crémation reste très populaire, tout individu est libre de disposer de son corps même après le décès et de préférer l’inhumation. Une inhumation est aussi parfois plus conforme à certaines convictions personnelles ou religieuses. Certains cultes rejettent toujours la crémation, faisant de l’inhumation le seul mode de sépulture acceptable.

Comment se déroule une crémation ?

Le déroulement des obsèques avec une crémation est sensiblement le même que des funérailles avec une inhumation. Après avoir déclaré le décès aux autorités compétentes et reçu l’acte de décès, les familles et les proches sont invités à prendre contact auprès d’un conseiller funéraire des pompes funèbres pour planifier l’organisation des obsèques. Concernant la cérémonie, il faut savoir qu’il est tout à fait possible de l’organiser après la crémation pour des questions de délais ou si le défunt avait émis ce souhait de son vivant. Dans ce cas-là, l‘hommage se fait généralement en présence de l’urne avant l’inhumation ou la dispersion des cendres.

Qui s’occupe de la crémation ?

La crémation d’un défunt fait partie des démarches entreprises au nom de la famille par les pompes funèbres. Ce processus est inclus dans les prestations minimales auxquelles chacun a droit. Les pompes funèbres sont tenues de respecter le délai légal et de veiller à la prise en charge du défunt par le crématorium. En pratique, les entreprises funéraires d’une ville sont souvent en relation avec le personnel des crématoriums ce qui facilite grandement la bonne organisation des obsèques avec tout le respect que la personne décédée mérite.

La cérémonie d’hommage

Contrairement aux idées préconçues, il est tout à fait possible d’organiser une cérémonie de funérailles en grande pompe dans le cas d’une crémation. Si elle a lieu le plus souvent dans la chapelle du crématorium, certaines églises acceptent d’organiser des hommages en présence du cercueil ou de l’urne.

Comment se déroule la cérémonie lors d’une crémation ?

Le déroulement de la cérémonie varie selon le souhait du défunt et selon les désirs des familles. Cependant, en règle générale, les personnes qui portent le cercueil transfèrent le corps du défunt dans la salle de cérémonie puis procèdent à l’accueil des familles. Un maître de cérémonie dirige ensuite les obsèques et chacun est invité à prononcer quelques paroles en bon souvenir de la personne décédée. Des photos, des vidéos, ou de la musique peuvent être également diffusées. À l’issue de la cérémonie de crémation, les proches et les amis sont invités à signer le registre de condoléances et à se réunir autour d’une verrée.

Le processus de crémation

  • Une fois la cérémonie funéraire terminée, le corps du défunt est transféré au crématorium par les pompes funèbres.
  • Le cercueil est placé dans un four crématoire à 850 °C durant 1 h 30 environ.
  • Après la crémation, les restes mortels (le squelette) sont réduits en cendres.
  • Les cendres sont placées dans une urne cinéraire puis mises à disposition des proches.

La famille a ensuite la possibilité de :

  • conserver l’urne funéraire chez soi,
  • inhumer l’urne dans une tombe cinéraire
  • la placer dans un columbarium,
  • disperser les cendres dans un jardin du souvenir ou dans un lieu de son choix à condition d’obtenir les autorisations nécessaires.

À noter qu’une crémation nécessite certaines précautions. Les appareils médicaux incompatibles avec la combustion doivent être retirés avant la mise en bière. Certains matériaux de vêtements peuvent aussi constituer un frein à la crémation cependant si une telle situation se pose, ceux qui gèrent la chambre mortuaire en informent la famille et les proches.

Qui doit payer le crématorium après la crémation

Lorsque les familles choisissent ce type de sépulture, les frais de crémation sont inclus dans le devis des prestations proposées par les pompes funèbres. Ce sont donc ces dernières qui payent le crématorium. Le forfait facturé pour l’organisation des obsèques comprend aussi la taxe de crémation, un coût parfois symbolique compte tenu du prix total des funérailles. Dans certaines villes, cette taxe est gratuite pour les personnes décédées au sein de la commune.

 

Ce contenu vous a été utile ?
Catégorie
Pompes funèbres
Publié le
2 février 2022
Obtenir des devis
Anticipez vos propres obsèques
Organisez les obsèques d'un proche